Ajax loader
New York, New York: 1945
Leonard Bernstein, the twenty-seven year old conductor and musical director of the New York City Symphony.
sur 3
Voir Sélections
Leonard Bernstein (25.08.1918 - 14.10.1990)
Compositeur, chef d'orchestre et pianiste, Leonard Berstein aura marqué le 20e siècle par son talent et laissé quelques unes des pages les plus célèbres de la musique américaine, grâce, notamment, à la partition de la comédie musicale West Side Story. Il fut aussi pendant onze ans le charismatique directeur de l'Orchestre philharmonique de New York.

Né à Lawrence (Massachusetts) le 25 août 1918, dans une famille juive d'origine russe, Leonard Louis Bernstein vient relativement tard à la musique et commence ses études de piano à Boston avec Helen Coates et Heinrich Gebhard tout en jouant dans un orchestre de jazz, musique qui l’inspira toute sa vie. En 1935, il entre à l’université Harvard, où il travaille l’harmonie avec Edward A. Ballantine, la théorie avec A. Tillman Merritt, le contrepoint et la fugue avec Walter Piston, et l'orchestration avec Edward B. Hill.

En 1937, il rencontre le grand compositeur américain, auteur de Appalachian Spring, Aaron Copland, dont l'influence sera déterminante. Il est admis au Curtis Institute de Philadelphie (1939-1941), où il suit les cours de direction d’orchestre de Fritz Reiner. Il travaille la composition avec Nadia Boulanger et fréquente le Berkshire Music Center de Tanglewood, où il suit les cours de Serge Koussevitzky (étés de 1940 et de 1941). Toute sa carrière, il suivra cette double voie de la direction d’orchestre et de la composition.

Débuts au Philharmonic Orchestra de New York

Koussevitzky lui donne l'occasion de diriger ses premiers concerts à Boston en 1942 et, un an plus tard, il est engagé comme assistant d'Artur Rodziñski à l'Orchestre philharmonique de New York. Le 14 novembre 1943, il y fait ses débuts en remplaçant au pied levé le grand Bruno Walter, malade. Sa carrière se développe dès lors très rapidement : il est nommé chef permanent du New York City Center Orchestra (1945-1948), donne des concerts en Europe (Prague, 1946), dirige la première américaine de Peter Grimes de Benjamin Britten (1946), devient conseiller musical de l'Orchestre philharmonique d'Israël (1947-1949), crée la Turangalîla-Symphonie d'Olivier Messiaen (à la tête de l'Orchestre symphonique de Boston, le 2 décembre 1949). Il succède enfin à Koussevitzky, à la mort de celui-ci, comme professeur de direction d'orchestre à Tanglewood (1951-1955) et donne aussi des cours à l'université Brandeis de Waltham, dans le Massachusetts (1951-1956).

Un pédagogue infatigable

Entre 1954 et 1962, les émissions de télévision qu'il anime sur C.B.S. ont un immense impact pédagogique et suscite de nombreuses vocations de musiciens. Il est le premier chef d'orchestre américain invité à la Scala de Milan (Medea de Cherubini, avec Maria Callas et Fedora Barbieri, 1953). Après une saison pendant laquelle il dirige les concerts de l'Orchestre philharmonique de New York en alternance avec Dimitri Mitropoulos, il accède au poste de directeur musical de cet orchestre (1958-1969). C’est la consécration : il est le premier Américain de naissance à connaître une telle distinction.

Compositeur à temps plein

A partir de 1969, il abandonne la direction de l'Orchestre philharmonique de New York pour se consacrer à la composition et à une carrière de chef invité dans le monde entier. Il noue ainsi des liens très étroits avec l'Orchestre philharmonique de Vienne (avec lequel il enregistre notamment sa deuxième intégrale des symphonies de Beethoven), l'Orchestre philharmonique d'Israël, l'Orchestre national de France, l'Orchestre symphonique de Londres (dont il devient président à la mort de Karl Böhm) et celui du Concertgebouw d'Amsterdam. Il donne des cours à Harvard (1972-1973) et enseigne au Massachussets Institute of Technologie (1974).

Le compositeur est aussi éclectique que l'interprète : Bernstein refusera d'adhérer à la moindre école et s'illustrera dans des genres aussi différents que la musique de films, la comédie musicale, la mélodie ou les grandes formes classiques. Auteur de plusieurs symphonies, d’œuvres de musique de chambre, de musique religieuse, il entre au panthéon de la musique avec West Side Story qu’il compose en 1957.

Défenseur des libertés

Infatigable défenseur des libertés individuelles, Leonard Bernstein n'hésite pas à donner des concerts en faveur des Black Panthers ou à composer une « ouverture politique », en hommage à Mstislav Rostropovitch, lorsque celui-ci est déchu de la citoyenneté soviétique (Slava !, A Political Overture, 1977). C’est lui qui dirige un mois après la chute du Mur de Berlin la Neuvième Symphonie de Beethoven, le 25 décembre 1989, réunissant pour l'occasion des instrumentistes et chanteurs des deux Allemagnes et des puissances occupantes.