Ajax loader
Portrait de James Tissot
Carjat & Cie, photographe.

Portrait de James Tissot, (Jacques Joseph Tissot, dit), (1836–1902), peintre, graveur, émailleur, entre 1860 et 1890.

Photographie,...
Portrait of James Tissot
Autoportrait lisant sur un banc de jardin ; au fond, Kathleen Newton
The Warrior’S Daughter
James Tissot, "Le Capitaine Frederick Gustavus Burnaby" / Huile sur panneau, 1870
The Japanese scroll
The Fan
Reverie: Madame Newton dans sa chaise longue
Hide and Seek
La lecture du journal
Le Banc de Jardin
In Full Sunlight (En plein soleil)
Spring Morning
The Widower
Sur la Tamise (Retour de Henley)
Still on Top
La demoiselle de magasin
Trop tôt
Embarquement à Calais
Octobre
The Reception
Le bal
Princesse de Broglie
Young women while looking at Japanese objects
Japonaise au bain
Rencontre de Faust et de Marguerite
The Ladies of the Cars
Les femmes de sport
Le départ de l'enfant prodigue
Le retour de l'enfant prodigue
Adam and Eve Driven From Paradise
Abram’s Counsel to Sarai
Joseph Dwelleth in Egypt
The Ark Passes Over the Jordan
Rebecca Meets Isaac by the Way
Le voyage des rois
The Apparition
The Parable of the Prodigal Son: Frontispiece
sur 1
Voir Sélections
James Tissot - L'ambigu moderne
"Né à Nantes, formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris et ayant mené carrière des deux côtés de la Manche, Jacques Joseph Tissot, est un artiste majeur de la seconde moitié du XIXe siècle, à la fois ambigu et fascinant.
S'il est très régulièrement représenté dans les expositions dédiées à cette période, cette rétrospective est la première qui lui est consacrée à Paris depuis celle organisée au Petit Palais en 1985.

A la fin des années 1850, Tissot fait ses premières armes dans la capitale où sa passion pour l'art japonais comme ses relations avec les cercles les plus influents nourrissent sa peinture. Dans le creuset parisien, à une époque où la modernité théorisée par Baudelaire trouve son expression sous le pinceau de Whisler, Manet ou Degas, Tissot et son esprit dandy sont appréciés par la société mondaine.
Après la guerre de 1870 et la Commune de Paris, il s'installe à Londres et poursuit une carrière en vue qui le voit naviguer dans les meilleures sphères.
Peu à peu, son oeuvre se concentre sur la figure radieuse puis déclinante de sa compagne Kathleen Newton, incessamment présente dans ses tableaux. La mort de cette dernière en 1882 scelle le retour en France de Tissot.
Sa carrière se poursuit dans la description des déclinaisons multiples de la Parisienne, objet d’un grand cycle (La Femme à Paris), et les explorations de sujets mystiques et religieux, avec le cycle du Fils prodigue et les centaines d'illustrations de la Bible, qui rendront l'artiste immensément célèbre au tournant du XIXe au XXe siècle.

Centrée sur la figure de James Tissot, veillant à ancrer l'art de ce peintre dans le contexte artistique et social de son temps, cette exposition présente les grandes réussites d'un artiste aux images souvent iconiques, et ses recherches les plus audacieuses.
Elle explore également la fabrique de son oeuvre : les thèmes qui lui sont chers et leurs variations, mais également sa volonté de s'exprimer dans des techniques variées, telles que l'estampe, la photographie ou l'émail cloisonné, en sus de la peinture."

Source : Musée d'Orsay